Rouyn Noranda et l’Abitibi-Témiscamingue

Située au nord-ouest du Québec, la région de l’Abitibi-Témiscamingue est longtemps restée le royaume des coureurs des bois, des trappeurs et des Indiens Algonquins.

Au début du XXe siècle, la découverte par Edmund Horne de riches gisements de cuivre et d’or sur les rives du lac Osisko, au Nord-Ouest du Québec, provoqua une véritable ruée vers ce qui deviendra les "villes jumelles" de Rouyn et Noranda. Une dizaine d’années après ces débuts tumultueux, le Camp Horne devient la ville de Noranda, considérée, à l’époque, comme un modèle de ville minière. Durant la crise économique de 1929, le gouvernement du Québec encouragea l’implantation de colons mais la rigueur du climat découragea rapidement cette initiative et la région se recentra sur ses activités minières. La compagnie minière Noranda ayant recruté des travailleurs étrangers provenant principalement d’Europe de l’Est, les Canadiens anglais et les immigrants formaient la majorité de la population de Noranda au début des années 40. Cette population cosmopolite demeurait encore très présente dans les années 50.

Rouyn, après la ruée vers l’or du tout début, allait vite devenir une ville plus largement francophone.

En 1966, Rouyn-Noranda devint la capitale administrative régionale, siège de plusieurs bureaux régionaux de différents ministères du gouvernement du Québec. La région conserve encore ses activités industrielles (mines et surtout pâte à papier) et a su développer les activités touristiques (randonnées, motoneige, pourvoiries,...).

M. Jean-Pierre Leclercq exerce les fonctions de Consul honoraire de France à Rouyn-Noranda

L’Université de Québec en Abitibi-Temiscamingue assure les cycles de l’enseignement supérieur.

Dernière modification : 07/05/2014

Haut de page