Priorité jeunesse

Dans le cadre des prochains travaux conjoints des sections française et québécoise de l’Office franco-québécois pour la Jeunesse (OFQJ) auxquels il participe, nous donnons la parole à Jean-Benoît Dujol, Délégué interministériel à la jeunesse pour le gouvernement français.

PNGVous avez été nommé, en mai dernier, Délégué interministériel à la jeunesse, Directeur de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative. Quelles sont les missions qui vous sont confiées ?

Mes missions sont de deux ordres.

En tant que Directeur de la jeunesse de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA), je suis responsable d’une direction d’administration centrale dont le champ d’action porte sur les activités hors temps scolaire des jeunes, le développement de l’autonomie des jeunes ainsi que la coordination de la vie associative dans son ensemble.

En tant que Délégué interministériel à la jeunesse (DIJ), j’ai la responsabilité de veiller à la cohérence des actions des différents ministères dans la prise en compte et la concrétisation du plan d’action gouvernemental Priorité Jeunesse fixé par le Président de la République en 2013.

Priorité Jeunesse comporte 13 chantiers, soit 47 mesures à mettre en oeuvre en collaboration avec tous les acteurs concernés : ministères, collectivités territoriales, associations, jeunes.

L’un des chantiers porte d’ailleurs sur la mobilité des jeunes, projet auquel participe l’OFQJ.

Quel doit être l’apport des pouvoirs publics dans l’accompagnement de la jeunesse, sur un plan national et dans une perspective de coopération internationale ?

La politique de jeunesse que je mène est une priorité du Gouvernement français.
Elle accompagne les nouvelles générations dans leurs parcours de la vie quotidienne et leurs projets en considérant qu’elles sont un atout pour notre société. Le dialogue et la concertation avec les jeunes constituent les piliers de sa mise en oeuvre.

Beaucoup de choses ont déjà été faites depuis 18 mois. En voici une infographie :

PDF - 811.4 ko

En matière internationale, le Gouvernement travaille à multiplier les opportunités pour la mobilité des jeunes, quel qu’en soit le cadre : scolaire, universitaire, professionnel, volontaire, de loisirs, etc. Des moyens nouveaux ont été alloués, des coopérations entre les acteurs concernés ont été installées, des stratégies régionales sont en cours de développement.

Vous allez, au cours de ce séjour, participer aux travaux conjoints des sections française et québécoise de l’Office franco-québécois pour la Jeunesse (OFQJ). Comment se porte cette coopération ? Quelles sont ses spécificités par rapport aux autres offices pour la jeunesse dans lesquels la France est impliquée ?

La coopération franco-québécoise est au coeur de l’action internationale du ministère. D’ailleurs, la France n’est impliquée que dans un seul autre office, l’Office franco-allemand pour la jeunesse. Le Québec et l’Allemagne sont donc les partenaires privilégiés de la France en matière de jeunesse. Il existe également des coopérations multilatérales, en Europe et dans la Francophonie.

L’originalité de l’OFQJ, et ce qui en fait aussi son actualité, c’est de développer la mobilité des jeunes adultes, dans le cadre de leur insertion professionnelle en s’appuyant sur des stages individuels (ou ponctuellement des missions collectives) dont la caractéristique commune est de lier le séjour dans l’autre communauté à une formation qualifiante, à l’acquisition d’une compétence professionnelle, à l’accès à un emploi ou à la création d’entreprise.

Par les compétences de ses agents et sa capacité de réaction, l’Office offre aux jeunes un accompagnement de qualité dont la plus-value est largement reconnue.

Quels sont les grands dossiers ou projets pour l’OFQJ dans les mois qui viennent ?

La section française continuera de s’investir dans les grands dossiers liés à la mobilité des jeunes notamment en participant activement à la mise en oeuvre du plan Priorité Jeunesse, via notamment sa présence au comité permanent de la mobilité européenne et internationale.

D’ici la fin de l’année, le centre de ressources de l’OFQJ se prépare à accueillir les nombreux jeunes français qui sont dans l’attente de l’ouverture des quotas de permis de travail, obligatoires pour tous les projets de stages ou emplois temporaires en entreprise au Québec. Deux fois par semaine, ils sont informés via des ateliers d’information et de préparation au départ qui sont diffusés sur le web pour informer le plus grand nombre de jeunes.

Pour les projets collectifs, mentionnons la participation d’une délégation franco-québécoise d’une trentaine de professionnels et entrepreneurs de l’entrepreneuriat social au Sommet international des coopératives.

Bien entendu, l’Office sera également associé à la visite du Président de la République au Québec ainsi qu’au prochain Sommet de la Francophonie de Dakar, deux évènements prévus en novembre 2014.

Enfin, le Conseil d’administration de l’Office, co-présidé par Mme Christine Saint-Pierre, ministre des relations internationales et de la Francophonie et par M. Patrick Kanner, ministre de la ville, de la jeunesse et des sports, tiendra sa 60ème session d’ici la fin de l’année.

Dernière modification : 30/03/2016

Haut de page