Passé 40 ans, on sert encore

JPEGA quoi je sers ? Cela aurait pu être l’un des sujets de l’épreuve de philosophie du baccalauréat qui s’est déroulé ce 16 juin 2016. En revanche, je vais réellement plancher sur ce sujet à partir de la semaine prochaine à Paris, à l’occasion de la réunion de notre réseau consulaire. Avec près de deux millions de compatriotes vivant à l’étranger, ce réseau est dense. A Montréal, nous avons environ 62 000 compatriotes inscrits au registre pour une population réelle estimée à plus du double. Il s’agit de la plus importante communauté française, hors Union européenne.

Aujourd’hui, nous fêtons le quarantième anniversaire du décret n° 76-548 du 16 juin 1976 relatif aux consuls généraux et consuls honoraires. Plutôt que de parler de mon rôle auprès de la communauté française, je souhaiterais plutôt évoquer celui des consuls honoraires.

Comme beaucoup d’adolescents, j’ai dévoré l’intrigue romantique, prise d’otage et trahison superbement évoquées dans le célèbre roman de Graham Greene, « The Honorary Consul ». La vraie vie est le plus souvent moins romanesque mais tout aussi passionnante. La circonscription consulaire de Montréal compte deux consuls honoraires, l’un à Sherbrooke, à environ 150 kilomètres au sud-est et l’autre à Rouyn-Noranda, à plus de 630 kilomètres au nord-ouest. Les consuls honoraires qui œuvrent dans des régions reculées, servent avec dévouement et loyauté des communautés qui, sans eux, seraient isolées.

Au début du mois de mai, j’ai rendu visite à Jean-Pierre Leclercq, notre consul honoraire à Rouyn, atteint par la limite d’âge des soixante-dix ans, imposée par le décret. Arrivé comme coopérant français dans l’enseignement au cours des années soixante, il y a fondé sa famille et a su tisser un réseau de contacts et d’amitiés. Pendant vingt-trois ans, il est devenu une pièce maîtresse de notre dispositif, aidant sans compter son temps, nos compatriotes dans leurs démarches administratives, recueillant leurs demandes d’établissement de passeports, les renseignant sur leurs droits. Je salue cette personnalité chaleureuse et remarquable et souhaite à son successeur une vie aussi bien remplie au service des autres. Je souhaite à son successeur une vie aussi bien remplie au service de l’intérêt général comme le prévoit le décret.

Preuve qu’après quarante ans, on sert encore !

Pour les curieux :

Décret n° 76-548 du 16 juin 1976 relatif aux consuls généraux, consuls et vice-consuls honoraires et aux agents consulaires- version consolidée au 17 juin 2016 (www.legifrance.gouv.fr)

Inscription consulaire au registre des Français établis hors de France sur le site Internet officiel de l’administration française (www.service-public.fr)

Jean-Pierre Leclercq honoré pour 23 ans de loyaux services dans L’Echo Abitibien Le Citoyen du 4 mai 2016 (www.lechoabitibien.ca)

Crédits photographie : droits réservés saleofcar.com

Dernière modification : 16/06/2016

Haut de page