« Les attentes professionnelles incluent aujourd’hui le critère du bonheur au travail »

L’agence Neosjob, créée à Montréal par deux Français, Olivier Bertin-Mahieux et Kévin Courtin, propose un service de marketing RH, une nouvelle tendance dans le milieu du recrutement, dont l’objectif est d’assurer un taux de rétention des employés qualifiés plus élevés. Nous leur donnons la parole.

PNGVotre agence appartient à cette nouvelle tendance prisée chez les professionnels : le marketing RH. Pouvez-vous nous expliquer de quoi il s’agit ?

Le marketing RH propose d’appliquer une démarche marketing à la gestion des ressources humaines, avec pour objectifs d’attirer et retenir les talents les plus motivés. Le processus est vaste et touche plusieurs aspects de l’entreprise, tels le recrutement, l’adhésion interne à la stratégie du groupe et la notoriété.

Avec neosjob.com, nous nous sommes donnés pour mission de présenter les meilleurs employeurs aux meilleurs candidats. Nous concentrons donc nos efforts sur un segment très ciblé de l’étape recrutement : l’appel à candidatures.

Nous lions des éléments de marque-employeur à l’affichage d’offres d’emploi, en créant des profils d’entreprise qui apportent de l’information utile au choix d’un employeur, par :

  • des photos de l’environnement de travail ;
  • des entrevues vidéos avec des employés déjà en poste ; et,
  • une présentation de la personne qui fait passer le premier entretien d’embauche.

 Kévin Courtin et Olivier Bertin-Mahieux - JPEG

L’environnement de travail, les affinités, la notoriété sont donc devenus des éléments importants du choix que la technologie de l’information permet de prendre en compte plus en amont ?

Ce sont des éléments qui ont probablement toujours été importants dans la recherche d’emploi. La différence aujourd’hui, est que la technologie permet en effet aux candidats d’en apprendre davantage via les réseaux sociaux (ex : Linkedin et Facebook) et divers sites d’évaluation d’employeurs (ex : Glassdoor et Ratemyemployer), avant de visiter les lieux de travail.

Dans ce contexte, tant les candidats que les employeurs devraient tirer profit de cette évolution, qui permet de réduire le risque d’erreur de casting. Nous pensons qu’il revient aux employeurs de communiquer davantage sur leur culture d’entreprise, dans le but de retenir l’attention des candidats les plus motivés à rejoindre leur équipe sur le long terme.

C’est pour cette raison que nous utilisons la photo et la vidéo sur neosjob.com, pour transposer l’âme de l’entreprise en images. Grâce à ces informations, autrement difficiles à obtenir de l’extérieur (espace de travail, ambiance entre collègues et type de projets proposés), les candidats obtiennent un premier ressenti de l’employeur avec lequel ils envisagent de collaborer au cours des prochaines années, habituellement impossible à décoder dans le texte d’une offre d’emploi traditionnelle.

« Postulez là où vous serez heureux ! » : n’est-ce pas néanmoins renverser l’ordre naturel des choses en matière de recrutement ?

C’est une question d’offre et de demande. Le marché de l’emploi a beaucoup évolué au Québec ces 20 dernières années. Avec l’accélération du rythme des départs à la retraite et des innovations technologiques, le bassin de main d’oeuvre qualifiée s’est rétréci. Et l’immigration ne suffit pas à combler le manque.

Les candidats qualifiés ont donc le choix. Dans ce contexte, le salaire, les congés et autres avantages sociaux ne sont plus les seuls critères. Celui du bonheur au travail gagne en importance. Certains candidats préfèrent un environnement plus traditionnel, alors que d’autres se sentent plus à l’aise dans des espaces ouverts et ludiques. La transparence devient donc essentielle, pour renseigner les meilleurs candidats sur l’ambiance de travail avant de postuler.

Les employés déjà en poste jouent désormais le rôle de témoins et d’ambassadeurs de la culture d’entreprise, et il est judicieux pour l’employeur de leur faire confiance en leur donnant la parole sur un site comme neosjob.com, sachant qu’ils ont aussi l’occasion d’exprimer leur avis anonymement sur les réseaux sociaux et autres sites d’évaluation.

Si nous nous assurons de la bonne qualité des images sur neosjob.com, nous insistons pour sélectionner nous-mêmes les photos et pour garder les entrevues spontanées (sans script). Cet effort de transparence permet de jeter un regard honnête sur l’ambiance de travail et l’âme de l’entreprise.

A quel type d’activité, d’employeur, d’entreprise, de professionnel s’adresse ce service ?

Le service neosjob.com s’adresse d’abord aux employeurs du secteur tertiaire, intéressés à recruter des candidats à long terme pour leur savoir, leur créativité et leurs habiletés de gestion. Ces candidats sont souvent déjà en poste ailleurs, de récents diplômés, ou de nouveaux arrivants hautement qualifiés.

Nous observons pour l’instant un intérêt marqué dans les technologies de l’information et des communications, marché sur lequel plusieurs industries (ex : jeu vidéo, finance, santé et génie), redoublent d’efforts pour retenir l’attention des meilleurs candidats.

D’après un sondage maison, les abonnés à neosjob.com ont un diplôme universitaire, occupent déjà un emploi intéressant, et seraient prêts à changer d’employeur si les conditions de travail et les projets leur plaisaient davantage ailleurs.

Quel intérêt représentent le Québec et le Canada pour y développer cette offre ?

Le Québec et le Canada connaissent une croissance économique stable depuis plusieurs années, dans de nombreux secteurs à forte valeur ajoutée. La concurrence en recrutement y est donc élevée et les meilleurs employeurs tentent d’innover pour attirer et retenir les meilleurs talents. À leurs yeux, la personnalité des candidats est toute aussi importante pour la cohésion des équipes, que la formation académique et l’expérience professionnelle.

Les outils de recrutement n’ont cependant pas beaucoup évolué, et bon nombre d’employeurs dans ces secteurs indiquent avoir du mal à obtenir des candidatures intéressantes par l’affichage traditionnel de texte. L’offre neosjob.com propose une solution à ce problème en liant la marque-employeur d’une entreprise à ses offres d’emploi : l’information en images sur l’environnement de travail complémente la description de tâches des postes affichés.

Pour conclure, pensez-vous qu’il y aurait moins de chômage si le professionnel pouvait choisir in fine son employeur – et non l’inverse ?

Nous ne pouvons pas affirmer qu’il y aurait moins de chômage, mais nous pensons que le taux de rétention des employés qualifiés serait plus élevé. Comme les attentes professionnelles incluent aujourd’hui le critère du bonheur au travail, les employés qualifiés ont tendance à quitter leur employeur lorsque la promesse faite à l’embauche ne correspond pas à la réalité quotidienne.

Neosjob.com essaie de réduire cet écart en amenant plus de transparence à l’étape de l’appel à candidatures, pour permettre aux chercheurs d’emploi (actifs et passifs) de développer leur appréciation des valeurs de l’entreprise au moment de la lecture d’une offre d’emploi, et de se projeter d’avance dans l’environnement de travail.

La transparence ressort souvent comme valeur importante aux yeux des employés qui, une fois en poste, souhaitent sincèrement contribuer au succès de leur employeur. En échange de leur temps, ils demandent toutefois que leurs critiques soient prises au sérieux et souhaitent souvent que les résultats financiers soient partagés comme mesure de réussite. Ce sont des demandes parfois difficiles à accepter par la direction, mais qui contribuent à la motivation et à la rétention de la main-d’oeuvre.

Dernière modification : 21/10/2015

Haut de page