France 24, la dimension humaine au cœur de l’information

Marie-Christine Saragosse, PDG de France Médias Monde, est venue à Montréal pour ouvrir l’antenne de France 24, la chaîne d’information en continu dorénavant disponible dans le bouquet Vidéotron. Elle en profite pour évoquer l’espace francophone des médias à l’heure du numérique.

JPEGPouvez-vous, en quelques mots, nous décrire le concept de cette chaîne, relativement récente dans le paysage audiovisuel ?

France 24, ce sont trois chaînes internationales d’information continue en français, en anglais et en arabe, émettant 24h/24 et 7j/7 sur les cinq continents. Sa rédaction propose depuis Paris une approche française du monde et s’appuie sur un réseau de 142 bureaux de correspondants dans le monde. En plus de proposer de l’information « très continue », France 24 met la dimension humaine au cœur de ses antennes, défend la liberté, l’indépendance et le pluralisme de l’information, l’égalité des femmes et des hommes, promeut la diversité, confronte les opinions, ouvre le débat… En bientôt huit ans, la chaîne a déjà séduit plus de 43 millions de téléspectateurs hebdomadaires (audiences mesurées dans seulement 55 pays sur 180) et connaît également un grand succès sur les nouveaux médias et réseaux sociaux.

Pratiquement, comment regarder France 24 au Québec, suivre ses informations ?

Depuis le 7 octobre, France 24 en français est diffusée au Québec sur Vidéotron, qui compte 1,5 million d’abonnés. La chaîne est offerte gratuitement jusqu’au 15 janvier prochain sur le canal 199, et pourra ensuite être choisie par les abonnés dans les offres « Sur mesure », « Franco » et « Mega ». En outre, le site france24.com et les applications mobiles offrent de nombreux services complémentaires, et cela dans les trois langues.

Le modèle de diffusion audiovisuelle d’informations en continu doit se réinventer régulièrement face à l’évolution rapide des pratiques et des technologies. Quel est l’atout de France 24 dans ce contexte ?

France 24, qui aura bientôt huit ans, est née avec la génération nouveaux médias. Dès son lancement, la chaîne était accessible en direct sur Internet et s’est rapidement développée en mobilité, tant à travers ses nouveaux sites que sur les applications mobiles. Nous nous attachons à avoir toujours un temps d’avance dans l’univers numérique, ce qui fait de France 24 l’une des chaînes les plus modernes du paysage audiovisuel mondial. Notre dernier site est très innovant, il s’adapte à tous les écrans, et nous avons renouvelé toutes nos applications mobiles. La chaîne est aussi présente sur les téléviseurs connectés. Mais c’est sur les réseaux sociaux qu’elle performe de façon exponentielle. Le numérique est inscrit dans l’ADN de France 24.

Vous étiez de passage à Montréal pour participer à un colloque sur l’avenir des médias francophones. Est-ce que la langue commune sera suffisante pour créer les conditions d’un véritable espace médiatique partagé ?

Cet espace médiatique partagé existe bel et bien, d’ailleurs il y a trente ans l’espace francophone s’est dotée de TV5, dont la France, le Québec et le Canada sont actionnaires aux côtés de la Suisse et de la Communauté française de Belgique. Il existe bien d’autres instances partagées en Francophonie pour favoriser les échanges en matière d’audiovisuel, la circulation Nord/Sud des œuvres, la coopération, les coproductions, mais aussi le REFRAM qui réunit les régulateurs audiovisuels de 30 pays francophones. Cette conférence est l’occasion privilégiée d’être tous réunis, de réfléchir à la manière de perpétuer ces relations et les enrichir, d’imaginer des solutions face à une concurrence de plus en plus grande, pour que nos médias contribuent à faire vivre la langue française et les valeurs qu’elle porte, à travers des contenus et une information de qualité, bref, de réinventer nos collaborations et nos échanges à l’heure du numérique.

Ce voyage à Montréal était doublement passionnant pour moi, de part l’intérêt des intervenants aux différentes tables rondes, mais aussi de part les rencontres, en particulier avec l’équipe de Vidéotron, organisées à l’occasion du lancement de France 24 au Québec. Je me réjouis tout particulièrement de ce lancement dans un pays que j’affectionne depuis de nombreuses années, lancement que j’appelais d’ailleurs de mes vœux depuis ma nomination à la Présidence du groupe France Médias Monde.

Dernière modification : 30/03/2016

Haut de page