Edito juillet 2015

Au terme de mon séjour à Montréal, je souhaite tout d’abord saluer et remercier les autorités de la Ville de Montréal et du Québec qui font preuve d’une disponibilité constante pour permettre au consulat général de France à Montréal d’accomplir au mieux sa mission au service de la communauté française. Je sais que mon successeur, Mme Catherine Feuillet, pourra compter sur leur appui. Je n’oublie pas le soutien qui nous a été apporté en janvier dernier lors des tragiques évènements qui ont ensanglanté Paris. La solidarité manifestée notamment par le Maire de Montréal a été précieuse et réconfortante dans ces moments difficiles.

JPEGMes chers compatriotes, vous le savez et vous le constatez tous les jours, notre communauté ne cesse d’augmenter depuis des années. Elle est devenue la plus nombreuse à l’étranger en dehors d’Europe. Bien insérée dans le tissu économique et social québécois, elle contribue activement à la vie locale. Chacun connaît son dynamisme et son rayonnement, dans les associations, dans les entreprises, dans les universités et les instituts de recherche, dans la vie économique, sociale et culturelle du Québec qui nous accueille. Cette présence forte et affirmée est d’un grand poids pour l’action du consulat général de l’Abitibi-Témiscamingue à Montréal et jusqu’en Estrie. Grâce à vous nous pouvons porter nos valeurs et promouvoir nos idéaux. La présence française ici, par nos entreprises notamment, témoigne de la vitalité de notre pays et de sa capacité à innover. Les secteurs porteurs de l’économie de demain, dans l’environnement, les nouvelles technologies de l’information, les jeux vidéo ou l’aéronautique, pour ne citer qu’eux, sont particulièrement bien représentés dans la grande région de Montréal. Le travail accompli par ce consulat général auprès des entreprises françaises et canadiennes, de la chambre de commerce et d’industrie française au Canada, des conseillers du commerce extérieur de la France comme auprès des organismes économiques montréalais, représente une part active de la diplomatie économique menée par l’ambassade et tout le réseau de l’action publique française au Canada en vue de l’indispensable redressement de notre pays.

Malgré les contraintes qui pèsent sur le budget de l’Etat, l’effectif du consulat a été renforcé afin de mieux répondre aux demandes croissantes de nos compatriotes, en matière de délivrance de documents et d’actes, de bourses scolaires et d’aide sociale. Une agence consulaire de France a été ouverte à Sherbrooke il y a trois ans et permet aujourd’hui de mieux répondre aux demandes de la communauté française établie dans cette région. Je vois dans ces améliorations notables un encouragement et le signe de la volonté des pouvoirs publics d’accompagner et d’entourer les Français qui ont choisi de venir au Québec pour y vivre une expérience humaine et professionnelle, y apporter leur savoir-faire et leur génie propre. De nouveaux projets destinés à poursuivre l’amélioration du service public, notamment via l’administration électronique, devraient se mettre en place dans les années qui viennent. Enfin, la réforme de la représentation des Français à l’étranger a conduit à l’élection de sept conseillers consulaires. Ils constituent, pour l’équipe du Consulat général, un relais indispensable pour mieux connaitre et appréhender les difficultés et les espoirs de nos compatriotes. Je tiens à les remercier de leur engagement citoyen et de leur contribution aux nécessaires débats en vue d’améliorer la vie des Français de Montréal.

La relation entre le Québec et la France est ancienne et solide. Elle saura surmonter les difficultés du moment et nul doute qu’elle en sortira même renforcée. Les évolutions indispensables ne feront pas oublier le travail considérable accompli depuis cinquante ans qui donne à notre amitié ce caractère unique que tant d’autres nous envient. Notre action publique au Québec, portée par les deux consulats généraux à Québec et à Montréal, s’attache à servir au mieux les intérêts de la France. A cet égard, je souhaite saluer tout particulièrement le Consul général de France à Québec, M. Nicolas Chibaeff, et ses collaborateurs et je tiens à les remercier pour leur appui constant.

La relation entre Montréal et la France, ce sont aussi les liens anciens qui existent entre la deuxième métropole francophone du monde et Paris et Lyon. Le consulat général de France à Montréal, par la relation étroite et quotidienne qu’il entretient avec le Maire et ses équipes, a pris une part décisive ces deux dernières années dans la relance de ses liens. Nul doute que mon successeur saura les développer encore, à l’occasion notamment de la magnifique opportunité que représenteront les commémorations du 375ème anniversaire de la fondation de Montréal en 2017.
Je vous remercie d’accueillir Mme Catherine Feuillet avec le même esprit d’ouverture et d’amitié que vous m’avez manifesté il y a quatre ans. Ensemble, Français de Montréal, d’Abitibi-Témiscamingue et d’Estrie, vous pourrez continuer à donner le meilleur de l’image de notre pays sur cette terre si chère au cœur des Français.

Bruno Clerc, Consul général de France à Montréal

Dernière modification : 10/07/2015

Haut de page