Comment vas-tu Paris ?

Trois mois après les attentats de Paris, Monique Giroux propose une émission spéciale, samedi 11 et dimanche 12 avril, au cours de laquelle témoigneront notamment Charles Aznavour, Laurent Balandras, Jane Birkin, Albin de la Simone, Grand Corps Malade, Juliette Gréco, La Grande Sophie, Valérie Lehoux, Elodie Mermoz, Alexandre Tharaud, et Didier Varrod.

JPEGMonique Giroux, quels sont les ressorts, les motivations d’une telle émission ?

Le pressent besoin de manifester ma solidarité et celle de mes auditeurs, de favoriser la réflexion, de proposer quelque chose de positif, de prendre des nouvelles de Paris et d’apporter un soutien et un regard bienveillant.

Mais aussi animer, de la racine latine anima : donner vie, un souffle. Voilà mon métier.

Parmi les témoignages, les souvenirs et les images que vous avez recueillis, quels sont ceux qui vous ont le plus touchés ?

Les fleurs, les stylos, les mots et le silence devant les locaux de Charlie Hebdo.

Je retiens aussi les paroles de Juliette Gréco qui me dit regretter d’arriver à 88 ans pour voir ça. Celles de Grand Corps malade, pleines de foi et d’optimisme. Ou encore la déclaration de Jane Birkin, si fière d’être française.

Finalement, vous qui connaissez si bien cette ville, comment va Paris ?

Paris est fière mais triste, belle mais écorchée. Et, sous son fard, on voit poindre son regard inquiet.

Comment vas-tu Paris ? Trois mois plus tard…

Une émission de radio de 120 minutes, réalisée et animée par Monique Giroux et diffusée sur les ondes de la radio musicale de Radio-Canada ICI Musique le samedi 11 avril à 22 h et le dimanche 12 avril à 15 h. mais aussi sur le web en podcast à www.icimusique.ca/commentvastuparis (en ligne à compter de samedi).

Les invités : Charles Aznavour, Laurent Balandras, Jane Birkin, Albin de la Simone, Grand Corps Malade, Juliette Gréco, La Grande Sophie, Valérie Lehoux, Elodie Mermoz, Alexandre Tharaud, Didier Varrod.

« Le 7 janvier dernier au lever du jour, un ami, journaliste français, me textait : C’est un cauchemar, je suis sur place, c’est l‘horreur.

La planète entière devenait Charlie.

Les plumes, les mots, les notes scandaient liberté.

Dans les heures et les jours qui ont suivi, Monique Giroux a échangé une correspondance émouvante avec ses amis français, artistes connus et collègues de l’ombre, tous ouvriers de la Culture. Ils devaient savoir qu’à 6 000 km de chez eux, il y avait des milliers de gens qui à -30 degrés marchaient aussi sur Montréal et Québec, solidaires, tristes et inquiets.

Le 11 janvier, 40 chefs d’État et 5 millions de Français se rassemblaient dans l’Hexagone. Ailleurs, 1 000 personnes le faisaient à Londres, 2 000 à Genève, 9 000 à Berlin.

Au Québec, 27 000 personnes constituaient le plus grand rassemblement hors de France.

Ce jour-là au coeur de la marche, afin de favoriser la réflexion, la meilleure compréhension, le partage des idées, pour fraterniser en somme, Monique Giroux a ressenti la pressente nécessité de partager avec ses auditeurs les mots si forts de ses échanges épistolaires.

Parce que c’est la Culture qui est visée, Monique demande à ses collègues artistes :
Que pouvons-nous faire ? Y pouvons-nous quelque chose ? La Culture peut-elle encore espérer changer le monde ? Qu’est devenu l’esprit du 11 janvier ? En somme, comment vas-tu Paris ?"

Dernière modification : 30/03/2016

Haut de page